SCORE@F – retour sur un projet majeur et ses nombreuses retombées

SCORE@F

Le projet SCORE@F avait pour objet de préparer un déploiement concerté des systèmes coopératifs routiers en Europe. Les systèmes coopératifs routiers sont basés sur des systèmes de communication locaux sans fils permettant des communications directes bidirectionnelles entre véhicules et unités d’infrastructure routière (V2I) et entre véhicules (V2V).

A.delaFortelleArnaud de La Fortelle, directeur du laboratoire de robotique des Mines de Paris, est professeur aux Mines et chercheur à l’INRIA dans le cadre du consortium ARA. Il revient sur ce projet majeur, qu’il a participé à monter et dont il a été partenaire.

Comment s’est passé le montage du projet ?

SCORE@F, est, ce qu’on pourrait appeler un sous-projet d’un plus gros projet Européen, Drive c2x. L’objet était de rassembler le plus de données possible sur les ITS coopératifs. Chaque pays devait organiser ses propres tests.

« L’Allemagne avait déjà lancé un gros projet de 30M€. La France, un peu en retard, a finalement réussi à monter SCORE@F. Un plus petit projet de 5M€, mais qui rassemble les deux constructeurs Français dans une même ambition. Le montage n’a pas été facile et le projet a d’abord été rejeté. Le pôle nous a accompagnés avant de délivrer le label. L’avis des experts des DAS nous a permis d’augmenter la qualité des propositions et le pôle à bien jouer son rôle de mise en relation. »

Quelles ont été les retombées directes de ce projet ?

SCORE@F est le type de projet qui « fait avancer la technologie ». C’est une première étape avant de nouveaux projets. Un seul projet FUI ne suffit pas au développement de tout un système…

Par contre, il est possible d’associer à l’impulsion de SCORE@F, la création d’une nouvelle chaire industrielle, annoncée par les MINES ParisTech en octobre 2014. En partenariat avec les industriels Valeo, PSA Peugeot Citroën et Safran, baptisée « Conduite automatisée – Drive for You », la chaire réunira des équipes du Centre de Robotique MINES ParisTech et des partenaires académiques internationaux : Université́ de Shanghai Jiao Tong (Chine), Université de Berkeley (Californie) et Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Les aspects coopératifs passent en effet par les technologies d’ITS coopératifs poussées par SCORE@F.

Un des autres aboutissements de SCORE@F, est le lancement de la Spin Off YoGoKo. Cette toute jeune start-up, fondée par des participants au projet, propose des solutions de communication innovantes adaptées au domaine des transports. Elle met en œuvre un système de communication complet comprenant des boîtiers de communication installés dans les véhicules et l’infrastructure routière ou urbaine et une partie cloud en charge de la gestion des communications vers et à partir de ces boîtiers. Le boîtier de communication dispose d’une diversité de technologies (WiFi, cellulaire) et les communications reposent sur IPv6, la nouvelle norme de l’Internet.

logo-vedecomSCORE@F a fait des émules et une partie des projets issus de SCORE@F évoluent désormais dans le cadre de VEDECOM.

 

Aujourd’hui, on note que la recherche s’oriente plus sur l’usage et l’utilisation de ces nouveaux canaux de communication (application pour la sécurité routière, la sécurisation des échanges, la vie privée, identification des émetteurs..) que sur le système en lui-même. Cette évolution vers la prise en compte des usages favorise le travail avec les entreprises partenaires des projets, qui sont elles-mêmes très orientées produits.

 

Et justement, comment se passent les relations entre académiques et constructeurs dans un projet collaboratif ?

« Bien sûr, les objectifs ne sont pas forcément les mêmes. Nous avons des ambitions plutôt académiques, mais nous sommes aussi un laboratoire appliqué, avec des véhicules démonstrateurs. La discussion et le travail avec les constructeurs est importante. Pour eux, nous sommes une source de connaissances. Pour nous, c’est une manière de valider que nos recherches ne sont pas que théoriques. C’est l’intérêt d’intégrer un projet FUI, qui d’un point de vue purement académique ou financier représente une rentabilité assez faible pour un laboratoire comme le nôtre. »