Groupe Renault : une collaboration réussie avec le groupement ADAS

Le Groupe Renault a collaboré avec le groupement ADAS dans le cadre d’une étude technique amont pour la mise au point d’une fonction d’aide à la conduite. Le projet, aujourd’hui terminé, est un vrai succès tant au niveau des résultats obtenus que de la qualité de la collaboration.

En 2016, le Groupe Renault a lancé un appel d’offres portant sur une étude technique relative à la prise en compte par l’ACC (Adaptative Cruise Control) des véhicules arrêtés sur la chaussée, par exemple en cas d’embouteillage. En effet, un radar seul ne sait pas détecter avec certitude un véhicule immobile sans risque de confusion avec l’infrastructure. Il s’agissait donc pour le Groupe Renault de travailler sur la fusion des données issues des capteurs embarqués que sont les radars, et les caméras qui peuvent classifier les objets (voiture, camion…).

“Nous allons assurer la continuité de cette première collaboration réussie”

Jean-Philippe Vignaud, Chef de projet Conduite semi-autonome
Service Amont ADAS du Groupe Renault

Le groupement ADAS a répondu à cet appel d’offres, en collaboration avec la société d’ingénierie ALTRAN. En sus des compétences de ses membres, le groupement a pris le pilotage du projet et choisi de s’appuyer sur un comité scientifique, composé de chercheurs de l’IFSTTAR*, de l’Institut Pascal, du LIVIC** (IFSTTAR) et de l’Université Technique de Compiègne, afin d’examiner et d’interpréter les problématiques au fil du projet et de trouver des solutions idoines. « Nous avons sélectionné cette offre de collaboration qui nous proposait une expertise pointue avec l’appui d’un comité scientifique et une capacité à réaliser des prototypes avec intégration d’algorithmes ainsi que des moyens de validation. De plus, nous avions la volonté de contribuer au développement d’une filière française autour des ADAS », explique Jean-Philippe Vignaud, chef de projet Conduite semi-autonome au sein du service Amont ADAS du Groupe Renault.

À l’issue de cette étude technique, le Groupe Renault a obtenu des résultats satisfaisants en termes de performance comprenant non seulement la validation d’un prototype fonctionnel sur trois boucles successives mais aussi l’usage d’algorithmes modifiables selon ses besoins et d’outils de simulation afin de poursuivre les essais en virtuel. Grâce à la réalisation de cette étude technique, le constructeur automobile a pu lancer l’industrialisation d’une fonction ADAS. Pour Jean-Philippe Vignaud, le bilan est clairement positif. « Nous avons apprécié la capacité de compréhension et d’adaptation à nos besoins, l’agilité et la rigueur dans le développement ainsi que la qualité de l’organisation, de la planification et du suivi du projet, élément très important pour nous. De même, bénéficier du regard et de l’avis d’un comité scientifique, composé de chercheurs expérimentés, nous a permis d’associer des compétences de haut niveau à notre étude, dont les résultats bénéficieront à l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi », relève-t-il. Après cette première collaboration réussie, le Groupe Renault entend poursuivre son partenariat avec le groupement ADAS. Pour ce faire, les deux partenaires travaillent d’ores et déjà au cadrage du projet suivant portant toujours sur la thématique des ADAS et le développement d’autres briques technologiques.

#GroupeRenault

Objectif: Réalisation d’une étude technique amont pour la mise au point d’une fonction d’aide à la conduite
Partenaires: Un grand ingénieriste et les membres du groupement ADAS : Sherpa Engineering, chef de file opérationnel, Car&D et Intempora

group.renault.com
adas.groupements-moveo.org

Cette vidéo ne peut pas être affichée puisque vous n'avez pas accepté les cookies de YouTube.

Cliquez ici pour visionner la vidéo sur le site de YouTube.

Cliquez ici pour éditer vos préférences de cookies.

* Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux.
** Laboratoire sur les interactions véhicules-infrastructure-conducteurs