Ajaccio étend le ticket SMS d’Atsukè sur tout le réseau de transport public de l’agglomération

Après une première expérimentation en 2017 sur la navette aéroport d’Ajaccio, la Société Publique Locale de mobilité et de stationnement du pays ajaccien, a décidé de déployer le Ticket SMS sur l’ensemble de son réseau, à partir du 1er juin.

La mise en place du ticket SMS en juillet dernier sur le trajet de la navette qui relie l’aéroport Napoléon Bonaparte d’Ajaccio au centre-ville, marquait le début de la transition numérique des services de Muvitarra, la société publique locale de gestion des lignes de bus.

La solution d’Atsukè a permis à Muvitarra d’améliorer considérablement l’expérience de ses voyageurs, en réduisant les ventes à bord, source de retard et en proposant un service qui ne nécessite pas d’avoir de la monnaie ou l’appoint.

Un an plus tard, c’est l’ensemble des usagers de la capitale de l’île de beauté qui bénéficiera du service.

Deux tickets seront désormais disponibles aux usagers, « MUVI1 » pour un ticket un voyage valable sur l’ensemble du réseau et « MUVI5 » pour un ticket valable uniquement sur la navette aéroport.

 

Comment cela fonctionne ? 

1- Commande : Par simple envoi du mot-clé « MUVI1 » par SMS au 93020, à partir de n’importe quel téléphone.

2 – Paiement : Le montant du titre de transport (1€) est débité sur la facture mobile.[1]

3 – Réception du titre : Par retour de SMS qui contient plusieurs informations (date d’émission/validité, prix, code de contrôle) permettant d’authentifier le titre. 

4 – Contrôle : le vérificateur possède une application de contrôle fournie par Atsukè qui se synchronise automatiquement avec le serveur des titres de transport. Le contrôle est assuré par simple scan du SMS. 

 

À l’heure actuelle, plus de 20 millions de tickets SMS ont été achetés dans les villes ayant adopté la solution d’Astukè (Grenoble, Nîmes, Ajaccio, Genève, Toulouse, Zurich, Reims…).

 

[1] Pour les clients de Bouygues Telecom, SFR et Orange, en France Métropolitaine.

source: communiqué de presse du 28 mai 2018